Un lapin

Nous devions traiter un sujet, ce matin, à notre atelier de « l’écume des mots » : Vous avez rendez-vous avec quelqu’un, mais il (elle) n’arrive pas… Attention : Évitez les mots : attendre – rendez-vous.

Dites, Mademoiselle, je vous appelle car je m’étonne de ne pas vous trouver à l’endroit convenu. Je suis désolé, croyez-le bien : cela fait à présent près de deux heures que je me languis, et cela m’étonne de votre part. Votre profil, sur Internet, et vos messages, ne me laissez pas présager une telle attitude.

Un peu plus tard…

Tu m’as filé un lapin, je suis debout à me geler, en faisant le pied de grue, j’en ai marre. Tu aurais pu t’excuser si tu avais un problème, petite écervelée (et je suis poli) !

Encore plus tard …

Allô ? Ouais, je suis encore ici au même endroit, ras-le-bol ! Il pleut comme vache qui pisse, tout me dévale dessus sur ces pavés de malheur, et si encore j’avais la lumière, mais ce sacré réverbère est en panne, évidemment…  

Ne viens plus, petite grue : je ne serai plus là, et il vaut mieux que l’on ne se rencontre pas quand je serai sur le chemin de chez moi, car je ne réponds plus de rien.

Advertisements

One thought on “Un lapin

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s